Devenir artisan du bâtiment : le guide complet pour réussir en 2022

Comment devenir artisan du BTP ?

Vous souhaitez vous reconvertir en tant qu’artisan du bâtiment ? De la formation aux premiers devis, voici tout ce qu’il faut savoir pour créer son entreprise et trouver ses premiers chantiers. Devenir artisan, c’est une voie privilégiée pour les reconversions professionnelles. Dans le BTP aussi, il y a des erreurs à éviter ! Pour mettre toutes les chances de votre côté et partir sur de bonnes fondations, voici sans plus attendre le guide complet pour se mettre à son compte dans le bâtiment.

Se mettre à son compte dans le bâtiment : on vous explique tout !

Du projet de reconversion à la création de l’entreprise

Que ce soit pour devenir électricien, plombier, maçon, menuisier, carreleur, peintre, charpentier, couvreur… Une reconversion comme artisan comporte beaucoup d’étapes incontournables. Ces métiers sont des professions réglementées par les Chambres des Métiers et de l’Artisanat (CMA). Devenir autoentrepreneur du bâtiment (ou autre forme juridique) nécessite de passer par les étapes suivantes, qu’on vous explique ci-dessous en détail :

  • Comment choisir son métier de l’artisanat et obtenir un diplôme ?
  • Comment obtenir l’attestation de qualification professionnelle ? 
  • Comment choisir le bon statut juridique ?
  • Quelles formalités pour créer son entreprise individuelle ?
  • Quelles sont les assurances obligatoires ?
  • Comment trouver des chantiers ?

Une fois votre entreprise créée, on ne s’arrête pas en si bon chemin ! Vous trouverez ici des conseils éprouvés pour trouver plus de clients, réaliser des devis convaincants et développer son activité dans le BTP, la construction ou la rénovation :

  • Se faire connaître en tant qu’artisan du BTP
  • Obtenir un certificat ou un label de qualité
  • Devenir artisan RGE
  • Trouver plus de chantiers
  • Etc…

L’objectif est de vous aider à passer le fameux cap des 3 ans, fatal aux entreprises qui font des mauvais choix de départ. Au contraire, il existe de nombreux leviers pour mettre son projet sur les bons rails et réussir sa reconversion. On aborde depuis cette page les étapes habituellement redoutées, expliquées ici de manière abordable : formation, assurances, formalités administratives, prospection commerciale, etc… De la conception du projet aux premières factures, voici les 7 étapes incontournables pour devenir artisan du bâtiment.

Concevoir sa reconversion dans le BTP, le choix du métier

Vous projetez de devenir artisan du bâtiment ? C’est un bon départ, mais quel métier choisir ? Le BTP, en construction ou en rénovation, comporte de très nombreuses professions bien distinctes.

  • Gros œuvre : maçon, terrassier, charpentier…
  • Second œuvre et finitions : électricien, peintre, plombier, couvreur, menuisier, installateur, carreleur, vitrier, solier, chauffagiste, domoticien, plâtrier, spécialiste de l’isolation, de l’étanchéité, serrurier, métallier, BIM manager, conducteur d’engins, monteur en installations thermiques, etc…

Le choix de votre spécialité est avant tout une affaire d’affinités et de compétences. Il prend aussi en compte d’autres critères, comme celui des métiers du bâtiment qui rapportent le plus. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter les articles ci-dessous.

En savoir plus

Les formations pour devenir artisan du bâtiment  

Pour concrétiser, il faut connaître les réglementations qui encadrent l’exercice de votre futur métier. Les professions du bâtiment sont réglementées pour la plupart. Vous aurez besoin d’une attestation de qualification professionnelle pour les exercer.

Cela signifie que vous aurez besoin d’une expérience (au moins 3 ans) ou d’un diplôme d’artisan du bâtiment (au moins un CAP). Quelle formation choisir ? Comment la financer, avec le CPF, Pôle Emploi ou autre ? Comment créer une entreprise de travaux sans diplôme (c’est possible) ? On vous dit tout dans les articles ci-dessous.

En savoir plus

Créer son entreprise d’artisan du bâtiment

Vous êtes prêt à exercer ? Devenir autoentrepreneur du bâtiment est la voie la plus simple. Depuis 2019, il n’est plus nécessaire de passer par le SPI (Stage de Préparation à l’Installation), facultatif. Cela dit, l’autoentreprise n’est pas la seule forme juridique qui s’offre à vous. Se tromper au moment de choisir le statut juridique, c’est l’une des principales causes de faillite des entreprises dans les trois premières années. Découvrez comment l’éviter avec l’article ci-dessous, et le tableau comparatif des statuts juridiques pour indépendants et artisans :

Pour vous mettre à votre compte, vous allez créer une entreprise individuelle ou une société. Les procédures sont facilitées par les CFE (Centre de Formalité des Entreprises), des guichets uniques où vous pouvez réaliser l’essentiel des formalités. La première consiste à créer votre entreprise, puis à l’enregistrer au répertoire des métiers.

Tableau des statuts juridiques des entreprises du BTP
Comparatif des statuts juridiques pour artisan du BTP

C’est la CMA (Chambres des Métiers et de l’Artisanat) de votre département qui héberge le CFE pour les artisans. Vous pourrez y activer le statut de micro-entreprise, pour devenir autoentrepreneur du BTP, ou toute autre forme juridique. Une fois immatriculé au répertoire des métiers, vous êtes officiellement artisan du bâtiment – et prêt à trouver vos premiers chantiers.

En savoir plus

Certificats et labels du bâtiment

Optionnels, les certificats et les labels artisans sont une aubaine pour se démarquer de la concurrence. Rassurants pour les clients, ils leur permettent d’être certain qu’une entreprise est qualifiée pour réaliser une prestation, notamment d’efficacité énergétique. Vous pouvez les décrocher auprès d’organismes de certification RGE ou autres : payants, ils sont très rentables grâce aux chantiers qu’ils ne manqueront pas de vous apporter.

Tout d’abord, il vous faut choisir un certificat ou label artisan. Les qualifications artisan RGE sont de loin les plus recherchées. Attribuées à environ 60.000 artisans et entreprises françaises, elles désignent les professionnels de l’efficacité énergétique. On en trouve d’autres, notamment dans les domaines de l’accessibilité ou de la domotique. Enfin, vous pouvez aussi devenir maître artisan, et faire reconnaître une démarche de développement de votre entreprise.

En savoir plus

Compte en banques et assurances

Plusieurs assurances sont obligatoires pour exercer dans le bâtiment. C’est notamment le cas de l’assurance décennale et de l’assurance responsabilité civile pro. Elles permettent de sécuriser les prestations qui touchent au gros œuvre comme aux finitions. Garantie pour le client, vous devrez obligatoirement y avoir souscrit une fois l’entreprise créée, et avant de démarrer vos premiers chantiers.

Le compte en banque de l’entreprise artisanale répond aussi à des règlementations. Une fois ouvert auprès d’un organisme spécialisé, les entrées et les dépenses devront être justifiables par votre activité, selon vos obligations comptables et fiscales. Selon le statut juridique choisi, vous aurez peut-être besoin d’engager un comptable pour le bilan annuel (pour une entreprise individuelle) ou pour la gestion au fil de l’eau (pour une société).

En savoir plus

Se faire connaître en tant qu’artisan du BTP  

Une fois prêt à travailler, il vous faudra trouver régulièrement des chantiers… En fonction de votre domaine d’activité et de votre zone géographique, plus ou moins d’efforts seront nécessaires pour se faire connaître auprès des clients. De nombreux leviers permettent de se faire un nom : créer un site internet, utiliser les réseaux sociaux, créer un logo d’artisan, faire floquer son véhicule… Découvrez ci-dessous des conseils pour vous faire repérer et vous faire contacter directement par les clients.

En savoir plus

  • Conseil pour créer un logo BTP/bâtiment, gratuit ou payant
  • Comment créer facilement un site internet d’artisan BTP
  • Flocage de véhicule utilitaire : combien ça coute, comment le réussir

Trouver des chantiers et développer son activité

Enfin, il faudra connaître les bons leviers pour démarrer et développer son entreprise d’artisan du BTP, en indépendant ou avec des associés. Il existe des pistes toutes trouvées pour dénicher ses premiers clients, et obtenir toujours plus chantiers. Même en indépendant,, vous aurez besoin de savoir quand et comment embaucher (des salariés ou des apprentis) et comment le faire dans les règles.

Les opportunités de croissance incluent aussi les salons professionnels du BTP, qu’ils soient locaux ou nationaux. Vous hésitez sur la stratégie à adopter ? Se faire accompagner est un facteur de réussite très clairement identifié, pour passer le cap des 3 ans. Des organismes de soutien à l’activité économique peuvent vous épauler et vous aider à consolider votre démarche, jusqu’à pérenniser votre entreprise artisanale du BTP.

En savoir plus

  • Comment trouver ses premiers chantiers ?
  • Comment choisir ses logiciels BTP ?
  • Embaucher un salarié : tout ce qu’il faut savoir
  • Quand et comment embaucher un apprenti ?
  • Les salons professionnels du BTP
  • Comment se faire accompagner pour développer son business ?